Actualités

Alain BARTHÉLEMY (Alexandre BALLOUD) : Pins 51-59 avec Monsieur GARONNE, Directeur de École Alain BARTHÉLEMY (Alexandre BALLOUD) : Pins 51-59 avec Monsieur GARONNE, Directeur de École
Partager sur :

La Coupe d’Éloquence : l’AERN t'en parle

05 juin 2024 L'École
Vue 470 fois

Notre École est une fois encore, source de surprises.

 

Il s’agit aujourd’hui de la Coupe d’Éloquence, dont le rythme et la tradition s’étaient égarés au fil du temps, dans les méandres d’une modernité tâtonnante, et sur la route des week-ends, menant à TIKTOK, INSTAGRAM, et FACEBOOK, les triplés mondialisés. La coupe de l’Éloquence aura bien lieu cette année au théâtre, le jour de la fête de l’École, devant un parterre réunissant après le déjeuner, tous les élèves, les anciens et les parents présents.

 

 À l’origine de ce « revival », Stéphane ROYO, Secrétaire Général de l’École, Marie-Odile GRINEVALD, professeur de théâtre et artiste mille fois applaudie sur d’innombrables scènes nationales, et le soutien inconditionnel de Kamran KHOSROVANI, Président de l’AERN (Vallon 67 - 72). C’est lui qui confiera à Alain FÉLICIANO (Vallon 67-71) et Olivier MICHEL (Pins 71-74) l’organisation et la préparation de ce projet, initié début 2024.

 

Il a fallu faire appel à candidatures : quelques téméraires se présenteront, dont certains envahis par le trac les semaines passant, quitteront l’aventure. Déclamer du Victor HUGO, du ZOLA, et du CICÉRON, en maitrisant une gorge sèche, un souffle court et un cœur battant la chamade, n’est pas une mince affaire. Les meilleurs sont restés, prenant goût à la lecture, l’improvisation, guidés par la bienveillance et les remarques « pro » de Marie-Odile GRINEVALD. 

 

Lors de notre quatrième passage, nous avons été bluffés par les interventions de Monica, Gonzalo, Déa, Youri, Yasmina et Yaya, dont le français n’est pas la langue natale. Trois mois après leurs débuts, ils discouraient avec aisance, trébuchant à peine sur quelques mots issus de textes classiques dont une majorité de Français ignore le sens. Nous les avons suivis avec une attention toute particulière, lors de leurs improvisations sur des thèmes qui leur tiennent à cœur.

 

Monica se lance sur le droit des femmes, un sujet pour le moins d’actualité, suivie par Déa qui nous décrit sans hésitation, la différence entre nation et nationalité. Youri se lance lui, sur la méritocratie, et sur l’éventualité d’un système social à améliorer. Gonzalo appuyé par une gestuelle étudiée imagine une lutte contre ces corrompus du monde entier qui nous appauvrissent. Yasmina s’interroge elle, sur « faut-il mieux réussir dans la vie ou sa vie ? ». Yaya joue brillamment d’une expérience personnelle pour dénoncer l’injustice. Il est sûr de lui (ou presque), déterminé en tout cas. 

 

Ce défi que relèveront nos jeunes orateurs le mercredi 5 juin, est à l’époque du tout ordi, des sms et des snapshots, un signe de santé, qu’aurait salué Edmond Demolins le fondateur de l’École des Roches.

 

Stéphane Royo, Secrétaire Général de l'École des Roches

t'invite à participer à cette soirée :

C'était en 1959




J'aime

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.

Proposer une actualité