Actualités

Partager sur :

Les fulgurances de Nicolas de Staël au musée d'Art moderne de Paris

Vue 74 fois

Une visite animée par notre talentueuse guide-conférencière Sandra Benoist.
Mardi 3 octobre 12h45


« Je ne peux avancer que d’accident en accident. » Depuis ses premiers pas dans la figuration jusqu’aux années explosives de l'abstraction, la carrière de Nicolas de Staël aura la fulgurance d’un météore dont la course folle se terminera hélas de façon prématurée à Antibes où le peintre, rongé par un chagrin d’amour, finit par commettre l’irréparable à l’âge de 41 ans. Moins de soixante-dix ans après sa tragique disparition, le Musée d'Art Moderne de Paris se lance à la poursuite du Prince foudroyé au terme d’une exposition magistrale mettant en lumière l’esprit fiévreux d’un travailleur acharné.

À travers la sélection de 200 tableaux, dessins, gravures et carnets, cette grande rétrospective brosse ici le portrait d’un peintre sur le fil du rasoir, ayant détruit au cours de sa vie autant d’œuvres qu’il en a réalisées. Rattrapé par le démon de la peinture, Nicolas de Staël crée dans l’urgence, attaque plusieurs toiles en parallèle, les travaillant par superpositions et altérations successives… avant de les jeter. Ses camaïeux de gris, son écriture serrée et ses forts empâtements témoignent pourtant ici du caractère expérimental de son œuvre.

Une carrière éclair étalée sur une quinzaine d’années tout au plus, que le musée ici pas à pas de Saint-Pétersbourg à Paris jusqu’à sa dernière demeure, un petit atelier face à la mer.

 

Extrait de : Arts in the City
(URL canonique déclarée)

TRANSPORTS
Métro : ligne 9 - Arrêt Alma-Marceau ou Iéna ;

Bus : Iéna : lignes 32, 63 et 82 (Iéna), Alma-Marceau : lignes 42, 80 et 92, Musée d'Art moderne : ligne 72 ;
Station Vélib' : 4 rue de Longchamp ; 4 avenue Marceau ; place de la reine Astrid ou 45 avenue Marceau ;

Vélo : Emplacements pour le stationnement des vélos disponibles devant l’entrée du musée.




J'aime

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.

Proposer une actualité